HOME > SCIENCE > Les antioxydants : amis ou ennemis ? – deuxième partie

Les antioxydants : amis ou ennemis ? – deuxième partie

2019-04-30 by Peter Hespel & Martijn Redegeld

Responsive image

Faites-vous du sport plusieurs fois par semaine pour vous préparer à un été musclé et en forme ? Et songez-vous à prendre éventuellement des antioxydants pour donner un coup de pouce à vos séances d'entraînement ? De nouvelles recherches semblent toutefois indiquer qu'il vaut mieux ne pas le faire, surtout en ce qui concerne l'apport en vitamines C et E. Une étude récente montre notamment que l'utilisation d'antioxydants peut réduire considérablement le développement de la masse musculaire. Alors qu'il était déjà clair que les antioxydants ont une mauvaise influence sur la progression conditionnelle pendant les entraînements d'endurance, il semble maintenant que la même chose soit vraie pour la musculation.

Dans une étude publiée récemment, des jeunes femmes ont toutes suivi le même programme de musculation, la moitié du groupe recevant un supplément quotidien comprenant 1 000 mg de vitamine C et 400 UI de vitamine E, tandis que l'autre groupe prenait un placebo. Le groupe placebo a gagné en moyenne 1,4 kg de masse maigre en 10 semaines. Par contre, le groupe qui prenait des antioxydants est resté « à la traîne », ne parvenant qu’à la moitié de ce gain, soit 0,7 kg (voir illustration ci-dessous). En d'autres termes, le même programme de musculation s’est avéré dans ce groupe nettement moins efficace en termes de constitution de masse musculaire.

Tabel

Pourcentage de changement de poids après le programme d’entraînement en endurance. Extrait de Dutra et al. Antioxidant Supplementation Impairs Changes in Body Composition Induced by Strength Training in Young Women, Int J Exerc Sci. 2019.

Comme c’est le cas de l'entraînement d'endurance, la musculation donne également lieu à des lésions musculaires causées par ce que l'on appelle le « stress oxydatif ». Ce stress est nécessaire pour progresser, par exemple pour activer les signaux de synthèse protéique dans le muscle après la musculation. La prise d’antioxydants vous permet d’inhiber les dommages musculaires suscités par la musculation. Toutefois, ce dommage est justement le stimulus qui est nécessaire à l'adaptation résultant de l’entraînement, c’est-à-dire le développement de la masse musculaire. En d'autres termes : les antioxydants aident le corps à réparer les dommages musculaires, de sorte que le corps lui-même doit faire moins d’effort pour se réparer, et le bénéfice de l’entraînement est donc moindre : ne dit-on pas « no pain, no gain » ?

En résumé, l'utilisation quotidienne d'antioxydants est donc déconseillée lorsque vous recherchez une progression conditionnelle, par exemple sous la forme d’un gain en masse musculaire. Important : l'apport de petites quantités d'antioxydants par l'alimentation normale, c'est-à-dire sous forme de fruits et légumes, ne pose aucun problème en fonction du gain d'entraînement. Au contraire, c'est un élément essentiel d'une alimentation saine et variée. Mais prendre des suppléments d'antioxydants pendant l'entraînement est certainement à déconseiller.

Référence